ATEarchi
AT&E et ses associésun cabinet généralisteenvironnementconcevoir et réaliser en HQE
neurosciences et architectureAT&E et les médiasréférencesgaleriecharte de qualité
contactpage d'accueil
image d'insertion image d'insertion image d'insertion
image d'insertion

Les pages Neurosciences de la Vision du site d'AT&E

NEUROSCIENCES DE LA VISION

image d'insertion
orisane  

L’ ŒIL, avec ses milliards de cellules et de connexions, est bien plus qu’un simple capteur : c’est une expansion du cerveau.

Outre ses capacités de détection des mouvements, des contrastes et des couleurs, l’œil est capable de «reconnaître» certaines familles de formes. Ces formes particulières, auxquelles l’œil réagit de manière spécifique, sont appelées «attracteurs visuels», car elles «attirent» le regard, et peuvent provoquer des réactions de bien-être et de malaise, d’autant plus vives qu’elles ne sont pas «raisonnées».

Cette faculté s’est constituée dans l’œil des mammifères avec la nécessité de repérer les dangers. Aujourd’hui, après seulement quelques siècles de civilisation, l’œil reste toujours sensible à certaines formes et «lance ses signaux» bien avant que l’intellect ait eu le temps d’analyser les mêmes données.

image d'insertion

Avec Orisane, le cabinet AT&E, dirigé par Jean Marie SCHIMPFF, s’est placé comme précurseur de l’application des neurosciences de la vision en matière architecturale.

image d'insertion
image d'insertion

L’attracteur visuel le plus puissant est l’œil lui-même, et toutes les formes qui lui sont apparentées, telles que les taches sur les ailes des papillons. La présence d’un œil dans le champ visuel signifie que l’on a soi même été vu ou que l’on est sur le point de l’être.

Le second attracteur visuel est la bouche et, plus précisément, la commissure des lèvres : c’est en effet au dessin de la bouche et au regard que l’on décèle les intentions amicales ou hostiles. Et tant que ces intentions n’ont pas été déchiffrées, l’œil reste attiré par ces éléments. Une aire importante du cortex cérébral humain est dédiée à la reconnaissance des visages et à l’identification des expressions faciales.

Il s’agit là d’attracteurs «neutres» : ils constituent pour le regard de véritables aimants, mais n’induisent pas de sensations de malaise ou de bien-être.

Parmi les attracteurs auxquels s’attache une perception déplaisante, les plus puissants sont les lignes droites verticales et horizontales, les pointes, les arrêtes tranchantes, associées aux conflits, à la douleur et à la mort.

A contrario, les formes arrondies et les courbes tendues constituent pour l’œil une source de plaisir et de bien-être, liées à la douceur rassurante du sein maternel. Le corps féminin, bien avant d’être un objet de désir, est une source de vie et de bonheur ou, plus prosaïquement, de nourriture et de sécurité pour le nouveau-né.

image d'insertion
image d'insertion
L’œil, attracteur visuel prioritaire du monde animal.
image d'insertion
montage
image d'insertion        
odalisque   image d'insertion

La connaissance des attracteurs visuels, dont l’exploration scientifique dans les laboratoires de neurosciences de la vision ne remonte qu’aux années 1980, confirme ce que des générations d’artistes ont intuitivement reconnu.

image d'insertion
image d'insertion san romano
image d'insertion image d'insertion   image d'insertion  
image d'insertion

Avant d’être un objet de désir, le corps féminin, aux courbes rassurantes, est lié à la douceur et à la vie...

image d'insertion
      image d'insertion

... à l’opposé, les lignes droites, en particulier les verticales, les pointes, les arrêtes vives sont associées à la douleur et au danger.

image d'insertion
  image d'insertion      
Assez de ces
Machins pointus
De tout c’qui blesse
De tout c’qui tue
Couteaux, coupe-coupes
Et balles perdues
Assez de ces
Machins pointus...
Assez, assez, assez, assez
  Assez de ces
Machins qui griffent
Crampons de foot
Bijoux Van Cleef
Tonton-macoutes
Scouts à canifs
Assez de ces
Machins qui griffent...
Assez, assez, assez, assez
 
Il faut des ronds
Il faut des courbes
Des marchands d’marrons
Rue Lecourbe
Faut des ballons
Des cerceaux
Et les seins de
Sophie Marceau
 
Assez de ces
Machins qui piquent
Serpents-pythons
Et porc-épics
Du hérisson
Microscopique
Assez de ces
Machins qui piquent...
Assez, assez, assez, assez
David McNeil / Julien Clerc
AT&E Architectes 24 allée des Délieuses 78430 Louveciennes • 97 avenue de la République 75011 Paris
01 39 69 61 10 • 06 10 02 44 51 • 01 55 28 36 40
page d'accueilcontact
conception/réalisation du site : michelle.blanckaert@kulturica.com